Cet article est inspiré de l’échange magnifique entre Floriane Stauffer-Obrecht (sage-femme AAD) et Claire André-Petitdemange (Naturopathe et Coach holistique) lors du séminaire Naitre en conscience, en novembre 2021.

“90% des peurs s’envolent en s’informant”

             Floriane Stauffer-Obrecht, sage-femme AAD

C’est normal d’avoir peur quand on est enceinte. On a peur de perdre son bébé, on a peur de voir son corps se transformer, on a peur de pas y arriver, d’être une mauvaise mère, de regretter notre vie d’avant, on a peur de l’accouchement, de la douleur, du déclenchement, de l’hémorragie, d’avoir le sexe déchiré. On a même peur de mourir.

Nos peurs, elles viennent en premier lieu de ce que nous raconte la société sur la grossesse, l’accouchement, la maternité. Et je rejoins les paroles de Floriane en disant qu’en s’informant, la majeure partie de ces peurs s’envolent.

  • Quand on s’informe sur notre capacité à se connecter à notre bébé, à écouter notre corps, à se faire confiance, à lui faire confiance, alors on se libère de nos peurs.
  • Quand on comprend d’où vient la douleur, comment la soulager, ce qu’elle signifie, pourquoi l’intensité est telle qu’on a l’impression de s’ouvrir en deux, alors on se libère de nos peurs.
  • Quand on comprend comment fonctionnent nos corps, qu’ils sont magiques et non défaillants, quand on comprend que les bébés savent naître, que nos bassins s’étirent, alors on se libère de nos peurs.
  • Quand on comprend comment le récit collectif autour de la naissance nous retire tout notre pouvoir et notre puissance sacré, on est en capacité de les réclamer et de laisser nos peurs s’envoler.

Elle est là, la clef pour se libérer d’une grande partie de nos nos peurs : s’informer. 

Sur la physiologie de la naissance, sur son histoire imprégnée de patriarcat, sur la réalité de la société aujourd’hui, sur le paradigme médical et le nouveau paradigme. C’est ce que vous proposent les doulas, les sages-femmes authentiques, et c’est ce que j’ai choisi de vous transmettre dans les livrets Mamazoa.

Et les 10% restants, elles viennent d’où, on en fait quoi ?

Il y a celles qui viennent de nos expériences et de notre histoire personnelle, de notre enfance, de notre vécu in-utéro, de nos traumatismes. Il y a celles qui se figent dans l’épigénétique, et qu’on hérite de nos mères, de nos grands-mère et notre lignée toute entière. Certaines peurs nous appartiennent, d’autres ne nous appartiennent pas, mais sont engrammées en nous malgré tout.

Certaines peurs vont nécessiter une prise de conscience, d’aller creuser dans son histoire, dans son passé. Certaines vont nécessiter une prise en charge par de la sophrologie, de l’hypnose, une psychothérapie, un travail transgénérationnel. Quand on se donne la chance d’explorer ses traumas pour les transcender, alors on peut se libérer de nos peurs !

Certaines peurs, dont celle du jour J, sont plutôt de l’ordre de l’appréhension, ce qui est un sentiment tout à fait naturel quand on s’apprête à vivre une expérience initiatique comme celle de l’enfantement !

Et le jour J, il y a la peur de la mort. “C’est la peur de la mort psychique, de son identité” pour reprendre les mots de Floriane. Mais notre cerveau ne fait pas la différence. C’est la phase de désespérance. Cette peur là fait partie du voyage, c’est l’appréhension de la fragmentation identitaire, du point de non retour, de notre transformation de femme à mère.

Et puis il y a l’émotion de survie, comme l’appelle Floriane. Celle qui ne doit pas s’envoler. Celle qui est si précieuse car elle peut sauver une mère et son bébé. On écoute toujours une mère qui nous dit que quelque chose ne va pas. C’est vous l’experte de votre corps, et de votre bébé.

Les sages-femmes, les doulas, les accompagnantes en périnatalité sont des perles pour vous accompagner dans la recherche et la compréhension de vos peurs, et pour vous donner les outils et les ressources pour les apprivoiser, ou vous en libérer.

Pour en savoir plus, je vous invite à écouter la conférence de Floriane au Sommet Naitre en conscience, elle est passionnante.

Merci Floriane pour tes mots.
Merci Claire et Caroline pour les avoir diffusés grâce au Sommet Naître en conscience.