Livraison gratuite à partir de 70€

Livraison gratuite à partir de 70€

🎁  SOLDES : profitez de minis prix jusqu’au 7 février !

⚠️ Les commandes passées après le 03/02 à 12h seront expédiées le 20/02 ♥️

Comprendre la différence entre un accouchement physiologique et un accouchement sans péridurale, c’est essentiel pour comprendre ce que l’on souhaite vraiment, au plus profond de nous. Et se préparer en conséquence.

Peut être qu’en structure hospitalière, on fait souvent le raccourci entre les deux car force est de constater que le personnel médical qui travaille en maternité ne voit pas beaucoup de naissances dont la physiologie est totalement respectée.

Bref, je souhaite aujourd’hui parler de cette différence essentielle, en vous partageant aussi un bout de mon vécu de maman.

J’ai mis très longtemps à comprendre qu’il y avait une différence entre les deux. Mon désir profond était de vivre un accouchement physiologique, mais mon projet de naissance était finalement un accouchement sans péridurale, car on m’avait laissé entendre que c’était la même chose.

Plusieurs mois après j’ai découvert : la délivrance dirigée, la poussée dirigée, l’illusion du choix de la position pour enfanter, et j’ai appris tout ce qui pouvait entraver le processus physiologique de la naissance. J’ai déconstruit mon vécu, je l’ai décortiqué, et un jour j’ai compris. J’ai compris que j’avais accouché sans péri, mais pas physiologiquement. C’était un soulagement de comprendre, car dans ma chair, quelque chose faisait résonner cette dissonance et rendait cette expérience de l’enfantement un peu floue. Et mélangé à ce sentiment de soulagement, le goût amer de la trahison. Je me suis sentie trahie.

Pourquoi toutes les personnes à qui j’ai parlé de mon projet de naissance physiologique n’ont, à aucun moment, parlé d’ocytocine de synthèse ? Pourquoi personne ne m’a dit que j’avais le choix de la position pour enfanter, que personne ne pouvait me forcer à m’allonger sur cette table froide ? C’est quoi ce système qui nous laisse volontairement dans l’ignorance pour qu’on reste malléables le jour J ? C’est quoi ce système tout pourri, tout cassé de partout, qui ne sait que gérer les naissances industrialisées, car chez nous c’est 10femmes 1sagefemme ? J’ai longtemps été en colère.

Aujourd’hui, je crois que cette colère ne me ronge plus à l’intérieur, elle nourrit ma mission de vie. Elle a rejoint d’autres colères, d’autres sentiments d’injustice, de trahison, et ensemble ils me font avancer sur ce chemin que j’ai choisi. J’ai envie d’informer les femmes, leur transmettre toutes les clefs qui leur redonneront le pouvoir sur leur maternité.

 

Alors, c’est quoi concrètement la différence entre un accouchement physiologique et un accouchement sans péridurale ?

Nous plaçons surement toutes le curseur de la physiologie pas tout à fait au même endroit, et peut être même que le curseur varie en fonction du contexte. Personnellement, je définis l’accouchement physiologique comme un accouchement où il n’y a pas eu d’entrave à la physiologie. Où on a respecté le rythme de la femme qui enfante et du bébé qui naît. Une mère libre de ses mouvements en tout temps, une poche des eaux qui n’est pas rompue prématurément. Pas d’injection d’ocytocine pour accélérer le travail, ni de poussée dirigée, et une délivrance naturelle, sans hormone de synthèse. Et bien sûr, pas de péridurale.

Un projet d’accouchement physiologique ne peut donc pas être réduit au simple souhait de faire “sans péri”. Quand on prévoit d’accoucher en maternité, il me parait primordial de bien faire la différence pour pouvoir se préparer en conséquence. Quand on prévoit d’accoucher sans péri, on peut se préparer à la gestion de la douleur. Mais quand on a le désir profond d’accoucher physiologiquement, il faut explorer toutes les sphères de la physiologie, du pré-travail à la délivrance, comprendre les besoins de la femme qui enfante, s’informer sur ses droits, connaitre les protocoles hospitaliers qui peuvent entraver la danse hormonale, impliquer le/la partenaire dans cette préparation pour qu’iel devienne le/la gardien.ne de l’espace de naissance !

Je le rappelle encore, bien sûr qu’il faut garder en tête que chaque enfantement comporte une part d’imprévisible. Qu’on peut se faire surprendre par l’intensité des contractions, par la longueur du travail, par l’épuisement qu’il peut engendrer. Bien sûr que la péridurale est une merveilleuse invention, mais évidemment qu’elle est devenue quasi systématique et que cela ne reflète pas les projets de naissance des familles. Bien sûr, que chaque naissance est unique, qu’un changement de plan ne veut pas dire perte de pouvoir. Mais pour le garder ce pouvoir, il faut être informée, se préparer, être soutenue.

Et il n’y a pas de hiérarchie dans les projets de naissance. Il y a des souhaits, des désirs, des attentes, des émotions, des mémoires, des projections. Tout est ok tant que ça reflète profondément ce que vous avez envie de vivre ce jour-là.

Lorsqu’on a un projet d’accouchement physiologique, il est essentiel de s’y préparer autant que l’on peut via des lectures, des préparations virtuelles, les séances de préparation à l’accouchement, des films… Pour vous accompagner le jour J, et tout au long de cette préparation, j’ai créé la box accouchement physiologique : des produits et un livret pour mettre toutes les chances de son côté pour enfanter dans sa pleine puissance ! Vous pouvez aussi vous procurer le livret et les produits via le eshop.

Box Accouchement Physiologique

39,90